Chaleurs

La chaleur des relations sociales serait plus qu'une métaphore, selon une étude, publiée dans la revue Psychological Science, qui montre que les régions du cerveau impliquées dans la perception de la chaleur physique sont également impliquées dans les expériences sociales réconfortantes.

Les psychologues Tristen Inagaki et Naomi Eisenberger de l'Université de Californie à Los Angeles ont mené cette étude avec des participants qui, allongés dans un appareil d'imagerie par résonance magnétique (IRM), devaient lire des messages positifs (par exemple, "Quand je suis complètement perdu, tu es la personne vers qui je me tourne") ou neutres (par exemple: "Tu as les cheveux bouclés") provenant d'amis proches alors qu'ils tenaient une balle à température ambiante ou un pack chaud.

En évaluant leur expérience par la suite, les participants ont rapporté se sentir plus connectés socialement quand ils tenaient le pack chaud comparativement à la balle. Ils ont aussi rapporté une plus grande sensation de chaleur après avoir lu les messages positifs comparativement aux messages neutres.

Les images cérébrales montraient que la chaleur physique et la chaleur sociale partageaient des mécanismes neuronaux qui se chevauchaient dans l'insula moyenne et le striatum ventral.

Ces résultats appuient l'hypothèse selon laquelle le système neurobiologique répondant aux relations sociales s'est superposé à celui répondant à la chaleur physique au cours de l'évolution humaine, ce qui a contribué à favoriser la recherche de connexions sociales et à renforcer ces expériences au fil du temps.


©Daniel 2017